Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Les zoizeaux par El Guellil

Publié par The Algerian Speaker sur 9 Décembre 2013, 16:26pm

Catégories : #L'actualité en hommage à Abdou B (le quotidie

J'ai appris, «jahel» que je suis, que chez nous, les perdrix, les chardonnerets sont des espèces protégées. Il y a des organismes étatiques, des gens qui s'occupent de les accoupler, d'en repeupler les forêts et, si vous êtes en possession de l'une de ces espèces, vous courez le risque qu'elle vous soit saisie par les gardes forestiers (eh oui, ça existe encore le chambit), et replacée dans son milieu naturel.

Mon esprit incrédule n'a pu s'empêcher de faire une parabole avec le vécu des centaines de SDF qui errent dans les rues de nos villes, des centaines d'enfants qui peuplent nos trottoirs, des vagabonds et des centaines de jeunes éjectés des bancs de l'école, des jeunes qui passent leur vie à chercher l'âme sœur, sans jamais la trouver. Si des oiseaux ont droit à la protection, à un milieu naturel et protégé ont droit à être accouplés, donc besoin d'équilibre, alors il est vraiment absurde de croire que les humains (du moins dans mon esprit, car la société ne leur a laissé aucune humanité) qui peuplent les rues de nos villes, à la recherche d'une aumône, d'un gîte pour la nuit, aient moins de dignité que les oiseaux. Nos villes ne sont ni leur milieu naturel qui les protége et encore moins leur assure un accouplement.

Poussons plus loin l'absurdité, quitte à s'attirer la colère des B.B nationaux, je conseillerais d'installer des hamacs, ou des litières, entre les branchages des arbres qui ont pu échapper aux massacres et d'y installer la faune qui a envahi nos villes. Ne dit-on pas «c'est un drôle d'oiseau» quand on veut parler d'un marginal ? Ce ne sont pas uniquement les oiseaux qui sont en voie d'extinction, nos voix ne le sont que plus, à force de nous égosiller à vous dire que yanamarre de vouloir se cacher derrière son doigt. Protéger l'animal, c'est bien ; mais protégez d'abord nos enfants du chômage et du mal-vivre. Maintenant si vous pensez que la rue est un milieu naturel pour nos bambins… dans ce cas, continuez le massacre, jusqu'au jour où vous resterez seuls.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents